La peur ...

OUF le pire m’arrive! Ma plus grande PEUR se concrétise!

Il y a 15 ans exactement, mon chum et moi quittions nos emplois assurés, lucratifs et «respectables» à Montréal pour venir s’installer dans une grange à Saint-Jean-Port-Joli et démarrer notre entreprise: Le Moule à Sucre.

Pour plusieurs, fallait être sans esprit pour quitter nos professions de comptables agréés et aller s’installer en région alors que nous n’y connaissions personne… C’était quand même dans le but de poursuivre un RÊVE, celui de devenir propriétaire d’une PME, de fonder une famille et de s’approcher de la nature.

Avais-je peur? Sans doute! Avoir peur c’est normal, c’est humain. Nous avons TOUS peur. Mais laisser la peur nous empêcher de poursuivre nos rêves, nous empêcher d’essayer, d’oser, de rêver c’est pire que de subir les revers de la peur. Ça devient un cauchemar. La peur se transforme en anxiété et ainsi de suite. On devient l’esclave de cette peur.

Une chance qu’avec le temps, nous développons tous des trucs pour surmonter nos peurs. Certains y excellent, d’autres moins. Souvenez-vous que chaque fois que nous choisissons la sécurité, nous renforçons cette peur. Pour moi, cette affirmation est suffisante pour l’affronter cette peur et me mettre en ACTION.

La peur, je la traite comme une amie. J’apprends à vraiment bien la connaître. C’est une «coloc obligée» alors aussi bien s’entendre comme avec une amie. Je lui parle aussi.

Une fois que je connais son objet (la raison de cette peur), je me demande quelle est la pire chose qui puisse m’arriver face à la décision que j’ai peur de prendre ou l’action que j’ai peur de faire. Dans ce cas, déménager, quitter Montréal et nos emplois, c’était plutôt simple! La pire chose qui aurait pu arriver c’était d’avoir à retourner à Montréal, fauché en plus! Non?

C’était pas vraiment quelque chose que nous aurions voulu. Ça aurait signifier que nous n’aurions pas réussi.

Et bien, c’est exactement ce qui me pend au bout du nez présentement… je déménage à Montréal! Est-ce grave? Non! C’est devenu un choix. Tout un paradoxe n’est-ce pas!

Je serai donc de retour à Montréal en septembre pour permettre à mes enfants de poursuivre leurs PASSIONS (jouer du soccer élite), leur permettre surtout de comprendre tôt que de suivre leurs passions c’est important pour se sentir vivant et ainsi plus facilement affronter leurs PEURS.

C’est donc dire que nos PEURS ne sont pas intemporelles, elles passent, évoluent, se transforment, mutent. Nos peurs se sont simplement que des PERCEPTIONS la plupart du temps. Les animaux craignent souvent de VRAIS dangers. Les êtres humains, nous sommes les seuls à avoir peur de ce qui pourrait arriver, ce qui n’arrive pas en ce moment, ce qui n’a même pas encore montré son terrible visage… Elles sont sans fondement, nous empêchent d’agir pour avancer vers NOTRE PLEIN POTENTIEL.

Et vous de quoi avez-vous peur? Si vous affrontez votre peur et que vous ne réussissiez pas ce que vous avez entrepris, quelle est la pire chose qui vous arriverait? Est-ce vraiment plausible et grave? Ou est-ce une PERCEPTION comme ça l’était dans mon cas?

Alors qu’attendez-vous pour AGIR?

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square

Des idées d'interventions stratégiques et de l'inspiration gratuite? 

Inscrivez-vous...

© 2019 Nathalie Niemeyer. Tous droits réservés.